--- LES TRADITIONS RACONTEES PAR LES MARMITES EN EMOI



              



          Les traditions qu'elles soient familiales, culturelles, sociales, ou encore cultuelles  renvoient à la notion d'appartenance à un groupe familial, culturel social ou encore religieux au sein duquel sont nées ces traditions qui servent de ciment entre les membres. Dans le même temps, chacun des membres du groupe est porteur de cet héritage, de cette mémoire, avec pour mission plus ou moins explicite d'en assurer la transmission aux générations futures assurant ainsi la pérennité du groupe, préservant sa cohésion  et remplissant aussi la mission dont il est investi.    

 

          Si je m'attache tant aux traditions c'est moins en raison de leurs contenus qui appartiennent à ceux qui les partagent et les transmettent,  qu'en raison de la structuration individuelle et collective que la tradition induit .Bien souvent la mémoire résulte d'un apprentissage inconscient, acquis durant l'enfance qui renforce le lien au groupe social ou familial et qui structure émotionnellement les Etres humains en leur permettant notamment de se positionner et de s'orienter dans leur propre existence.

 

          Acquises depuis notre plus jeune âge grâce à notre éducation, grâce aux rites auxquels nous avons participé où dont nous avons été les témoins, les traditions, introjectées le plus souvent par notre inconscient, s'accompagnent de rituels et constituent autant d'ancrages lors de leur accomplissement. Les traditions par leur exercice opèrent un renforcement du sentiment d'appartenance de celui qui les perpétue tout en créant un lien avec celui duquel il les détient et un autre lien avec celui auquel il les transmet.

 

          Nous atteignons là l'essence même de l'Etre, voila pourquoi les  croyances et les traditions ne peuvent être transmises que par celui qui les as reçues en héritage car la transmission qu'il en fait dépasse le cadre de l'initiation à un comportement ou à un discours. La transmission d'un héritage authentique par la tradition s'effectue par des actes, des mots mais aussi par un état interne indicible et parfois inexplicable pour celui qui est porteur de ces traditions ; Cet état interne est indispensable car sans lui la transmission serait incomplète et serait privée d'une partie de son sens. C'est là l'une des différences entre la tradition et l'habitude…

 

          Les traditions, particulièrement celles qui donnent lieu à des rituels fréquents tels que les traditions cultuelles, sont en lien étroit avec nos croyances profondes ce qui explique qu'il faille toujours accueillir les traditions des groupes auxquels nous n'appartenons pas, pour peu qu'elles soient respectueuses de nos propres croyances,  n'entravent pas l'expression de nos propres croyances et ne soient pas teintées d'une dimension prosélyte. En effet tout jugement ou négation à propos des croyances d'autrui reviendrait à sanctionner l'autre dans son identité profonde. Observons les conflits persistants qui existent en matière religieuses de par le monde et comment, conscientes de cela les Eglises monotheistes ont su réglementer dans le Saint Sépulcre les rites respectivement dévolus aux trois religions principales qui cohabitent à Jérusalem.

 

          J'aime aussi évoquer les traditions car elles traversent le temps sans être  figées, et j'expose dans mes articles comment elles se modifient, s'adaptent, se réactualisent au cours du temps, volontairement ou non d'ailleurs, tout en conservant leur vocation structurante et en assurant le lien entre les Etres.

 

          C'est pourquoi, je vous propose, chaque fois que l'occasion s'en présente de nous pencher sur les traditions, et de revisiter aussi bien celles de la culture à laquelle nous appartenons que celles des autres cultures.

  

              

            
LES TRADITIONS DE NOEL   

                                                                                      
       
       
       
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :