SAVEZ VOUS CE QU'ETAIT LE REPAS DES FEES ?

             

 

 

               Jusqu’au moyen âge dans les traditions païennes et particulièrement dans les traditions celtiques , certaines nuits étaient particulièrement festives valorisaient les puissances nocturnes empreintes de mystère et nimbées de merveilleux. C’est notamment pendant ces nuits d’hiver des 24 et 31 décembre qui ne s’appelaient pas encore « réveillon » qu’avaient lieu les repas des fées. Les fées, souvent des « femmes oiseaux » comme la fée Morgane, étaient dans les traditions celtiques, des êtres venus de « l’Autre Monde » auquel elles appartenaient et ou régnait  une magie divine .

 

               Afin d’honorer la venue de ces fées, il convenait de leur offrir l’hospitalité pour les inciter à gratifier les humains de leurs dons. Pour cela, on garnissait les tables de mets en abondance et de vins vieux afin que les fées s’en repaissent même si elles semblaient ne pas y avoir touché. Les humains pouvaient alors le lendemain consommer toute la nourriture laissée par les fées.  Pour les moins fortunés, même si le repas préparé était frugal, il attirait cependant les faveurs des fées dès lors qu’il avait été préparé avec solennité, recueillement et vénération. Ces repas avaient vocation à intégrer les forces occultes qui régissent les cycles de la nature et d’assurer la fécondité et la prospérité. Avoir l’assurance que les fées étaient venues ces jours-là en les attirant par la perspective d’un banquet était synonyme d’une augure favorable pour l’année à venir. De ces antiques  fêtes nocturnes sont issues  les traditions de la messe de minuit et du repas de Noël après que la religion catholique eut fixé à la nuit du 24 au 25 décembre la date  de la naissance du Christ préservant ainsi le mystère et le magique autour de cette naissance d’un homme qui à l’instar des fées venait d’un « ailleurs ». La naissance du Christ était auparavant fêtée à d’autres dates et les historiens s’accordent pour dire qu’il est bien peu probable que le 24 décembre soit en effet la date exacte. Il est possible que c’est aussi pour préserver les rites d’alors en les détournant de leur objet  païen que fut instituée la messe de Minuit qui du reste est la seule messe nocturne car dans la tradition chrétienne les messes ne se tiennent jamais de nuit à l’exception de celle-ci.

 

               Le réveillon du 31 décembre répond lui aussi à cette même logique de vénération des fées. Dans son souci d’adéquation avec les anciennes traditions païennes, la religion chrétienne a été contrainte de prendre quelques libertés avec le jour de vénération des Saints et ceux-ci étaient bien rarement honorés lors de l’exact jour de leur mort. Le fait que le 31 décembre soit le jour de la Saint Sylvestre ne correspond pas à la date de la mort du Pape Sylvestre qui régna au IV° siècle mais l’étymologie du patronyme renvoie à Silva «la forêt » et donc vraisemblablement aux fêtes païennes liées au culte des arbres et des fées venues de la forêt d’où pouvaient surgir les revenants.

 

               Consciente que les hommes sont des êtres d’habitudes qu’il n’est jamais judicieux de bouleverser leurs rituels et de nier leurs croyances, l’Eglise catholique s’est bien gardée d’interdire les repas des fées. Tout comme elle n’a pas détruit les temples païens qui étaient érigés dans la forêt et a simplement ajouté du feuillage sculpté en partie haute des colonnes des églises, l’Eglise a changé l’objet des vénérations détournant à son profit la ferveur votive d’alors.


                   Cliquez
ICI et vous aussi devenez une fée... 

                   Et qui apportait les cadeaux lorsque le Père Noel n'était pas né

                   Pour tout savoir sur la
tradition de Noel 

Vos commentaires, avis, suggestions, impressions, sensations ...

              
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :