QUE FAISAIENT ON JADIS LORS DE VEILLEES DE NOEL

               

 



          Jadis, tandis que les hivers étaient plus rudes qu'aujourd'hui et que le froid régnait dehors, il faisait bon se retrouver en famille avec quelques voisins et des amis proches, réunis autour du feu de cheminée et de cette belle buche de Noel qui crépitait dans l'âtre. Tout était à l'époque réglé par le rythme lent des saisons. La pluie comme le soleil étaient alors accueillis avec des fortunes diverses selon les saisons et il était très important de savoir le temps qu'il ferait pour espérer prévoir l'abondance des récoltes ou se prémunir contre les disettes.

 

          Il y avait une coutume  lors de la veillée de Noel qui consistait à prédire le temps qu'il ferait  à l'aide d'oignons …

 

          Pour cela il fallait disposer six oignons coupés en deux dans une assiette. Il y avait donc douze moitiés d'oignons comme autant de mois que compte une année. Chacune des moitiés d'oignon était saupoudrée d'un peu de sel et les regards scrutaient alors la surface des oignons pour voir si le sel fondait ou au contraire si les grains demeuraient secs.

 

          Si le sel fondait le mois serait humide tandis que s'il restait sec le mois correspondant à la place que l'oignon avait parmi les douze indiquant que le temps serait alors sec. Les prévisions des récoltes pouvaient être ainsi envisagées et chacun prodiguait conseils et mises en garde pour éviter la perte des récoltes liées aux intempéries.

 

          S'ensuivaient de longs échanges sur les périodes passées, les épreuves et les joies traversées. Les plus vieux énonçaient doctement les dictons de sagesse populaire sous les regards ébahis des plus jeunes qui ne savaient pas encore,  qu'un jour, ils les transmettraient à leur tour à leurs enfants, lors de semblables veillées.

 

          On disait alors : "Noel à saint Jean, partage l'An ou encore un mois avant et après Noel, L'hiver se montre plus cruel." Lorsqu'il faisait bon le jour de Noel on disait aussi : "Noel au balcon, pâques aux tisons".

 

           "A la Sainte Luce les jours grandissent du saut d'une puce, à la Saint Noé, d'un saut de baudet." Il est d'ailleurs singulier de noter que Luce ou Lucie vient du latin lux qui veut dire lumière et jusqu'au 16° siècle elle se fêtait le 23 décembre, jour du solstice d'hiver . C'est avec l'apparition du calendrier Grégorien qu'elle se fête désormais le 13 décembre. Le proverbe est cependant resté bien qu'au 13 décembre les jours n'aient pourtant pas encore fini de décroitre.

 

          Lorsque la nuit de Noel était noire et sans lune on disait : " Noel sans lune, de trois brebis il n'en reste qu'une". Moins rationnel que les autres un proverbe disait aussi : "Si Noel tombe un dimanche, les ennuis de l'hiver viendront en avalanche."

 

          Les femmes et les enfants allaient ensuite à la Messe de Minuit qui est la première des trois messes qui fêtent la naissance de Jésus Christ. On s'y rendait traditionnellement à pied  et cette messe à lieu la nuit car les évangiles parlent d'une "étoile" qui est apparue lors de la naissance du Christ. On appelle cette étoile l'étoile du berger bien qu'il s'agisse en fait de la planète Venus. Cette "étoile" est particulièrement brillante et est visible dans le ciel à cette époque. C'est la première "étoile " à être visible le soir et la dernière que l'on voit le matin et ces heures correspondent à celles ou les bergers  rentraient et sortaient les animaux de l'étable, d’où l'origine de son nom.

 

          Tous les hommes ne se rendaient pas à l'église et beaucoup continuaient autour du feu à parler du temps passé et à se remémorer les évènements de l'année. D'aucuns se souvenaient de la perte de têtes de  bétail, ou d'un incendie dans une grange du village. D'autres parlaient inlassablement de la grêle qui avait détruit une partie des récoltes. C'était un peu comme s'il s'agissait alors de faire un bilan de l'année écoulée pour en terminer avec elle, garder ce qu'il y avait à en garder et oublier ce qu'il fallait oublier juste avant  d'entamer la nouvelle année. L'un parlait alors d'un probable fermage qui lui permettra d'exploiter un nouveau lopain de terre, tandis qu'un autre évoquait ses projets de semis ou la mise en jachère de certaines parcelles. Et ces interminables conversations n'étaient interrompues que par le retour de la messe des femmes et l'annonce du repas du réveillon de Noel qui se déroulait en famille.

 
          Après une courte nuit de sommeil le lendemain était consacré au
repas de Noel ou certains plats seront rituellement servis.  Peut être les enfants recevront-ils une orange et quelques friandises dans leur sabot qu'ils avaient eu soin de placer sous le sapin de Noel. D'ailleurs savez vous d'ou vient cette tradition du sapin de Noel ? Savez vous aussi que la bûche de Noel n'a pas toujours été un gateau
 

      

      

 

  Vos commentaires, avis, suggestions, impressions, sensations ...

              
Cet article vous a plu, merci alors de cliquer sur ce bouton pour le diffuser sur le net Partager via Additious
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :