LES ARTS ET LES LETTRES CHEZ LES AZTEQUES

               



photos-mexique 0031

 Statue de jade musée d'anthropologie de mexico



              
Les Aztèques ont une écriture pictographique qui est en pleine évolution au moment de la conquête. Si de nombreux documents ont été détruits, certains ont pu être conservés.


          Le langage commun de l'empire aztèque était le nahuatl. (qui signifie : claire, sonore)  C'est une langue exubérante, riche en vocabulaire et harmonieuse. Fournie en métaphores fleuries et délicates, la littérature nahuatl est connue pour être extrêmement belle. Le nahuatl appartient à la branche méridionale de la famille uto-asteque .
Il s'agit d'une langue agglutinante (C'est-à-dire que plusieurs concepts représentés par des mots sont accolés pour former un nouveau concept qu’il nous faudrait en français par exemple une phrase entière pour exprimer). C'est aussi une des très rares langues du monde à ne pas distinguer clairement les verbes des noms (seule une inflexion lors du prononcé permet de les différencier). N'importe quel mot, en effet, peut jouer le rôle du prédicat : on dit de cette langue qu'elle est omni-prédicative. Le mode agglutinant de composition des mots permet de définir tous les concepts particulièrement ceux abstraits.


photos-mexique 0040

Réplique de façade d'un temple, musée d'anthropologie Mexico



          Le nahuatl présente comme le développe Angel Maria GARIBAY dans son ouvrage « La clé du Nahuatl » une caractéristique intéressante qu’il appelle « diphrasisme » ou redoublement sémantique. Ce procédé consiste à exprimer une même idée au moyen de deux vocables qui en complètent le sens soit parce qu’ils sont synonymes soit métonymiques. Nous avons en français quelques exemples tels que « contre vent et marées » ou «  de pain et d’eau ». Cependant ces exemples assez rares dans les langues latines sont courants en nahuatl par exemple en nahuatl la phrase « in xoxhitl in cuicatl » signifie littéralement « fleur et chant » mais se traduit métaphoriquement par « poème ». Il est probable aussi que ce redoublement sémantique soit aussi le reflet du  principe de création des aztèques pour qui toute action est la résultante de l’intervention d’un principe duel suprême (Ometeotl : Dieu duel composé de « ome » deux et de « teotl »  dieu). Il y a toujours un principe masculin qui agit et un principe féminin qui enfante. En effet en mentionnant toujours deux aspects proches d’un même concept pour le définir cela permettrait de parvenir à la compréhension laquelle jaillirait de la révélation (l’insight de la psychanalyse). Cette idée n’est pas sans conséquence sur le système de pensée qu’il révèlerait alors. En effet cette vision affective et dynamique que la langue confère aux idées transmises, s’éloigne profondément de la pensée aristotélicienne abstraite et froide.


photos-mexique 0043


L'art Aztéque était aussi phalique ... Musée d'anthropologie de Mexico


          En nahuatl par exemple « in cueitl in huipilli » se traduit littéralement par « la jupe, la chemise » mais signifie métaphoriquement « la femme sous son aspect sexuel ». « in clachihuitl in quetzalli » signifie « de jade et de plumes fines«  mais signifie en réalité «la beauté». Ou encore «topco petlacalco» qui se traduit littéralement par «dans le sac et dans la boite «  et qui signifie «en secret». « tlilli tlapalli » qui se traduit par «encre noire et rouge«  et qui signifie «la sagesse». Enfin « in ixtli in yollotl » signifie « visage, cœur » mais désigne une « personnalité bien définie ». Ce dernier exemple nous renseigne sur  la conception de l’homme chez les aztèques à savoir un visage qui induit une individuation et un cœur qui exprime l’idée de mouvement.


           
Ils avaient un système d'écriture basé sur les pictographies qui représentaient des noms personnels, des articles de calendrier, et des noms de lieu. Les écritures pictographiques aztèques qui nous sont transmises fournissent des informations précieuses sur la vie quotidienne dans l'empire aztèque. La langue Nahua est répandue partout au Mexique. On pense que le nahuatl qui était le langage commun de l'empire aztèque est une variante de Nahua. Il y a d'autres langues qui survivent également au Mexique, comme par exemple le Totonacan utilisé dans les régions côtières du Golfe du Mexique.


photos-mexique 0042


 Statue de jade musée d'anthropologie de mexico


Pour en savoir plus :


LES AZTEQUES


LA VIE AU QUOTIDIEN CHEZ LES AZTEQUES


LA RELIGION AZTEQUE


LES TAMALES OU LE SYNCHRETISME CULINAIRE MEXICAIN

              
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :